Yuri, partie 1 : Définition relative

Bonsoir. 
Après une semaine “d’inactivité” (pour être exact, ce fut plus d’une semaine de travail sur le prochain chapitre de kase-san) je vais donner quelques nouvelles, et surtout répondre à une question importante, qu’est-ce que le Yuri ? 

Donc avant toutes choses, le prochain chapitre de kase-san est en correction, il sortira demain normalement, le chapitre 4 quant à lui va démarrer sa phase de traduction, et les autres séries sont en stand-off pour un temps indéterminé, vu que je vais rentrer en période de révisions et n’aurai plus trop le temps de traduire. Mais j’ai quand même quelques choses de prévues, que j’essaierai de poster tous les dimanches. 
Bien, maintenant, passons à l’élucubration du jour : Qu’est-ce que le Yuri ? 

Petite précision, cet article sera probablement en plusieurs parties, postées sur différents jours, car il est assez difficile d’expliquer un concept aussi vaste que le yuri en quelques phrases. 

Du coup, commençons par une définition de ce qu’est le yuri :
Le yuri est un style de manga impliquant dans son scénario une relation amoureuse entre, au minimum,  deux personnages féminins. Le terme Yuri vient de la fleur 百合, yuri, c’est-à-dire le Lys. Il s’oppose (ou s’associe selon le point de vue) au Yaoi, qui met en relation des personnages masculins. 
Définition clair, précise, et simple. Mais alors, quels mangas ou animés sont du yuri, et lesquels ne le sont pas ? En reprenant la définition du dessus, des animés comme Maria-sama ga miteru, Sakura trick ou le manga Kase-san sont du yuri. Mais Yuru Yuri ne l’est pas. Ce qui est ma foi fort étonnant vu son titre. Et que c’est complètement du yuri. Soft, mais du yuri quand même.
Alors à quel moment cela devient du yuri ? 

Et bien cela peut dépendre de plusieurs choses. Tout d’abord, on peut considérer qu’à partir du moment où une relation amoureuse a lieu entre deux filles, c’est du yuri. Ce qui est exact, mais il existe un terme différent pour ça, le Shojo-ai. Littéralement, l’amour entre filles (enfin, presque littéralement), et cela ne résout pas le problème de Yuru Yuri.
Après, de comment est publié le manga. Si le manga est publié dans un magazine spécialisé dans le yuri, tel que Yuri-hime, Tsubomi, Hirari ou bien d’autre, on peut facilement considérer que les œuvres parues dedans fassent partie du genre yuri. Ce qui me dérange légèrement, car cela fait du yuri un genre équivalent à celui du Shonen ou du Shojo, c’est-à-dire un genre créé afin de cibler son audimat plus que de définir ce qui est réellement contenu dans ledit manga, faisant du yuri un genre éditorial avant d’être un style de manga particulier. 
Ensuite, on peut considérer l’avis de l’auteur sur son œuvre. Si l’auteur dit que c’est du yuri, c’est du yuri. Sinon, non. Malheureusement, ça ne laisse pas énormément de place à l’interprétation, qui est pour moi un des aspects importants du yuri. 
Du coup, comment sait-on que c’est du yuri ? Eh bien, cela dépend tout simplement du lecteur. 

En effet, en partant de la définition initiale, l’idée est “une relation amoureuse entre des personnages féminins”. Pour être exact, le yuri démarre bien avant ça. Une relation d’amitié forte entre deux personnages féminins peut être considérée comme du yuri. Une simple relation d’amitié peut être considérée comme du yuri. Tout dépend de votre point de vue sur la question. Et de la densité de votre paire de lunettes yuri. Ça passe moins bien en français non ? Meh. 

Résumons : Le yuri est un genre mettant en scène une relation forte, principalement amoureuse, entre deux personnages féminins. Des magazines spécialisés dans le genre publient régulièrement des mangas de ce style. Et pour le reste, tout dépend de votre paire de lunettes. Et je pense que nous avons là une définition valable de ce qu’est le Yuri. Du moins, en surface. 
Pour conclure, je passe la main à miss Ano et à Yuna, durant leur discussion dans le couloir.

Ano Fuji : Heu~ Je pensais pourtant que tu t’étais trouvé une paire de lunettes yuri~

Toomi Yuna :Q-Quoi ?

A :Tu sais, quand tu regardes une paire de filles ensembles et que tu imagines comme elle seraient s’il y avait un peu de yuri dans leur relation !


Y : De quoi tu parles..?

A : Oh, mais je ne pense pas à des trucs sales ou quoi que ce sois, tu vois. Le yuri est genre, quelque chose de plus pur, tu vois~? C’est important de garder son imagination sous contrôle. (NdT : c’est dur parfois)(Note du correcteur : cette blague n’a pas été approuvée)(Et pas voulu)

Y : Euh hum…

Y (pensée) : Bien, elle est libre de penser ce qu’elle veut. J’aimerai bien qu’elle se retienne un peu  quand même.
              

 C’est un peu difficile de critiquer Ano avec tout ce que je suis en train de faire actuellement…

A : Qu’en penses-tu, Yuna ? Tu penses que le yuri est valable ? 

Y : Hein..?

Y : Qu’est ce qu’elle me demande maintenant..?

Y : Hmm… J’imagine que oui.

A : Oooh, une réponse inattendue ! Tu penses que c’est du genre, pas que tu aimes les filles, mais que tu es tombée amoureuse, et c’est juste que c’est arrivé avec une fille, ou quelque chose du genre ?!

Y : Quelque chose dans le genre, oui… Je ne sais pas vraiment

A : Oh, si classe ! Ah, mais ne sois pas séduite par Miss Ano alors. Je ne fais pas d’irl après tout !

Y : Ce n’est pas ça. Et pourquoi donc peux-tu l’imaginer pour d’autres personnes si tu ne peux pas le faire IRL ?

A : Parce qu’imaginer compte comme de la 2D ! Ou quelque chose comme ça.



3 commentaires sur “Yuri, partie 1 : Définition relative

  1. Nekyo

    Nyaa a aussi l'air d'être en partie de retour avec Nyaa.si, j’attends de voir. Et AniDex m'a déjà bien servi ^^
    Enfin, actuellement je suis surtout en train d'essayé de vaincre Beast III/R . Pas simple.

    Reply
  2. Anonyme

    Je l'ai dégagé en 23 tours avec les debuff, JAlter/Mashu/Merlin/Waver/Lily Medée et Irisviel.

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.